L’illusion d’optique transforme une rue de Montréal en dunes de sable ondulées

Dans Star Wars, Obi-Wan Kenobi a dit un jour: «Vos yeux peuvent vous tromper, ne leur faites pas confiance. Et il semble que rien ne représente cela ainsi que l’œuvre d’art «Moving Dunes» créée par le cabinet d’architecture canadien NÓS.

Les dunes plient la perspective du spectateur de telle manière qu’elle forme un chemin trompeur imitant les motifs que vous verriez sur le sable dans un désert. Les énormes sphères de chrome ajoutent à l’effet illusoire et le résultat est absolument hallucinant.

Selon le NÓS, l’œuvre d’art est «un mirage expérientiel au cœur du centre-ville de Montréal qui mêle réel et virtuel». Il a été créé dans le cadre de l’exposition de 2008 au Musée des beaux-arts de Montréal intitulée «De l’Afrique aux Amériques: Picasso en face-à-face, passé et présent». S’inspirant des peintres cubistes, l’œuvre illusoire a été installée sur l’avenue de Musée dans le cadre de l’appel annuel aux artistes.

Plus d’informations: NOS.ca

Le «Moving Dunes» est l’œuvre d’art illusoire installée dans une rue de Montréal, Canada

Crédits image: Raphaël Thibodeau

Crédits image: Raphaël Thibodeau

Crédits image: Alex Lesage

Pour en savoir plus sur ce projet fascinant, Panda ennuyé tendu la main à Charles Laurence Proulx, l’architecte derrière les «Moving Dunes» et co-fondateur de NÓS.

Charles nous a dit que l’idée est venue alors que l’équipe devait créer «une installation bidimensionnelle pour maintenir l’accès des véhicules de l’autre côté de la rue, mais nous voulions donner à la rue une topographie, un volume». L’équipe s’est inspirée de «la technique graphique du cubisme pour créer l’illusion (trompe-l’œil) de la profondeur».

Il plie la perspective du spectateur de telle sorte que la rue de l’avenue du Musée semble bouger

Crédits image: Raphaël Thibodeau

Crédits image: Raphaël Thibodeau

Crédits image: Raphaël Thibodeau

Charles a également raconté tout le processus, du concept à la dernière tranche. «Tout d’abord, nous avons fait un modèle 3D de la topographie et des sphères avec notre outil de modélisation architecturale et avec un motif simple appliqué à la topographie. Ensuite, nous avons travaillé avec le musée pour choisir un motif graphique et des couleurs qui correspondent à la marque et à l’identité de l’exposition.

Enfin, l’équipe de NÓS a réalisé un dessin de productions à grande échelle. «Enfin, nous avons cartographié le motif dans la rue comme un pochoir géant.»

La peinture murale a été inspirée du cubisme et créée par le cabinet d’architecture canadien NÓS

Crédits image: Olivier Bousquet

Crédits image: Charles Laurence Proulx

Crédits image: Raphaël Thibodeau

Charles a dit que le projet est né lorsque le Musée des beaux-arts de Montréal a proposé une œuvre d’art sur cette rue, l’avenue de Musée, qui est juste à côté du musée. Il a été créé dans le prolongement de l’exposition temporaire «De l’Afrique aux Amériques: Picasso en face-à-face, passé et présent au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)». Tout comme les peintres cubistes, l’œuvre est conçue pour remettre en question le rôle de la perspective dans la représentation visuelle.

L’une des méthodes utilisées pour créer le sens déformé dans la pièce est «l’anamorphose». Le terme désigne «la distorsion du sujet se reconfigurant en fonction de la position du corps dans l’espace». De plus, «à travers ce processus,« Moving Dunes »présente au public l’essence de cette approche de manière ludique.»

Au fur et à mesure que le spectateur se déplace, les formes du sable sont inversées et le sol prend vie

Crédits image: Eloa Defly

Crédits image: Eloa Defly

La pièce d’optique a été conçue par une équipe de 4 artistes travaillant chez NÓS, une entreprise montréalaise qui rassemble des architectes professionnels et des artistes attachés à plusieurs disciplines et cultures diverses afin de partager et d’innover à travers des projets communs. Le budget global de la pièce était de 50 000 $, selon le communiqué.

Leave a Reply